AMS »  Santé de la femme »  Descente d’organe / Prolapsus

Descente d’organe / Prolapsus

Aperçu

« Lorsque je reste longtemps debout, j’ai mal et j’ai l’impression que quelque  chose va sortir de mon vagin. »*
Par prolapsus on entend une descente d’organes pelviens ou un affaissement du plancher pelvien. On distingue ici plusieurs formes de prolapsus comme par ex. la descente de la vessie dans le vagin (cystocèle) ou le gonflement partiel/complet de l’utérus dans le vagin (procidence). Parfois il s’agit aussi d‘une descente de la vessie en tant qu’hernie (hernie) dans la paroi vaginale. Il est possible que vous souffriez de plusieurs descentes d’organes en même temps. 
De nombreuses femmes ont souvent le sentiment lors d’une descente du plancher pelvien que quelque chose va sortir de leur vagin. Mais souvent celles-ci décrivent aussi des inflammations ou des douleurs dans le vagin, notamment lors de rapports sexuels.
Avez-vous déjà eu le sentiment que vous pourriez souffrir d’une descente d’organes ? Vous n’êtes pas la seule dans ce cas: près de 34 millions de femmes dans le monde souffrent d’une descente d’organes. Une grande partie de ces femmes a honte et pourtant, elles taisent leurs souffrances à leurs amis ou même leur médecin. La conséquence est que quelques-unes gardent des années durant les symptômes et souffrent en silence parce qu’elles ne savent pas que ce problème peut être correctement soigné!
Pour une meilleure compréhension de votre traitement éventuel, nous allons vous expliquer dans les pages suivantes la physiologie du soutien du bassin, les causes possibles, les signes et les effets d’une descente d’organes. De plus, nous vous proposons nos solutions médicales et vous donnons un aperçu de ce qui vous sera demandé lors de votre consultation chez le médecin. Informez-vous sur les produits comme Elevate, Perigee et Apogee.
Nous espérons ainsi vous encourager à consulter votre médecin, car c’est la première étape pour retrouver un plancher pelvien en bonne santé. Vous trouverez ICI le médecin qui vous convient.

* Ces commentaires se basent sur des expériences présentées sur des espaces de discussion contrôlés, dans lesquels les patients échangent leurs expériences. Ils ne relatent pas l’expérience d’une certaine patiente et ne sont pas caractéristiques de toutes les utilisatrices.

Physiologie

Avant d’aborder le prolapsus de manière détaillée dans les pages suivantes, nous aimerions vous expliquer auparavant le fonctionnement d’un système de soutien vaginal en bonne santé:
Le vagin est un conduit musculaire qui est relié par des muscles à la ceinture pelvienne. Cet enchevêtrement de structures de tissu conjonctif et de muscles du plancher pelvien représente le système de soutien pour l’utérus, la vessie et jusqu’à un certain niveau, également du colon (rectum). Le retrait de l’utérus par opération (hystérectomie) augmente le risque potentiel d’un prolapsus car au cours du retrait, on enlève souvent des ceintures pelviennes.
Chez les femmes, le prolapsus peut recouvrir diverses formes qui peuvent également apparaître en même temps:
1.      Descente du vagin: Celui-ci se produit lorsque le tissu n’est plus suffisamment soutenu. La parie supérieure du vagin (apex) descend et entraîne ensuite le reste du vagin dans le canal vaginal celui-ci sort même du vagin.
2.      Descente de l’utérus (procidence): Il s’agit ici de la descente de l’utérus en raison d’un manque de soutien par les tissus dans la zone pelvienne, à l’intérieur du vagin.
3.      Descente de la vessie (cystocèle): Celle-ci se produit lorsque la paroi entre la vessie et le vagin est si affaiblie que la vessie va se loger dans le vagin ou descend.
4.      Prolapsus urétral (uréthrocèle): en cas de manque de soutien par le canal de l’urètre qui permet le passage de l’urine de la vessie vers l’extérieur, le canal de l’urètre se tasse c.-à-d. se bombe dans le vagin.
5.      Descente rectale (rectocèle): On parle de descente rectale lorsque la paroi vaginale inférieure arrière descend dans le vagin ou se bombe du fait du tassement et de la pression de la paroi avant du rectum.
6.      Hernie/ descente de l’intestin grêle (enterocèle): Celui-ci se produit lorsque l’intestin grêle se bombe dans la partie inférieure arrière de la paroi vaginale.
Pour mieux comprendre, vous trouverez ICI un croquis du bas ventre de la femme.

Causes

La descente d’organes ne concerne presqu’exclusivement que les femmes adultes. Il peut être provoqué par des muscles ou des ceintures pelviennes affaiblies ou endommagées. Voici les causes les plus fréquentes : 
·        Grossesse
·        Naissance: Souvent la charge et l’effort de la mise au monde d’un bébé (en particulier lors de grossesses multiples ou d’accouchements longs et difficiles) affaiblissent ou endommagent vos muscles pelviens et les ceintures pelviennes.
·        Opérations précédentes: Des interventions chirurgicales spécialement dans la zone du bassin, peuvent endommager vos muscles et autres tissus de soutien. Il faut ici mentionner le retrait de l’utérus (hystérectomie) car au cours cette opération on retire souvent  d’importants muscles de soutien.
·        Obésité (Adipose): Le surpoids peut dilater vos muscles dans la zone du bassin et les affaiblir considérablement au cours du temps.
·        Âge: Les muscles du bassin et de soutien se relâchent avec l’âge. De fait le risque d’un prolapsus augmente; il est multiplié par deux tous les dix ans. Donc la moitié des femmes de plus de 45 ans est concernée.
·        Ménopause
·        Soulèvement chronique de choses lourdes
·        Toux
·        Origine ethnique: Les études montrent que les femmes du Nord de l’Europe ont plus souvent une descente du vagin que les femmes d’origine africaine et américaine. Les femmes asiatiques et hispaniques montrent un risque élevé de descente de la vessie (cystocèle).
Prédisposition génétique: Les études montrent que la maladie liée à la descente du vagin peut également être considérablement conditionnée. Une femme dont la mère et la sœur ont subi une descente d’organes, porte un risque élevé de développer elle aussi un prolapsus.

Symptômes & effets

Il ne faut pas obligatoirement que vous ressentiez des symptômes lors d’une descente d’organes, celle-ci peut se produire sans aucun symptôme. Beaucoup de femmes ressentent toutefois un ou plusieurs des symptômes suivants:
·        Un gonflement ou une bosse sur le vagin,
·        Sortie du vagin,
·        Une sensation de tiraillement ou de tension dans la région inguinale,
·        Douleurs lors des rapports sexuels,
·        Douleurs, sensations de pression,  irritations/brûlures, saignements ou saignements en dehors des périodes de menstruation,
·        Incontinence urinaire et ano-rectale,
·        Problèmes pour aller à la selle ou pour vider l’intestin,
·        Flux d’urine hésitant ou très lent.
Si vous découvrez l’un de ces symptômes ou si vous souhaitez avoir plus d’informations sur ce sujet, veuillez contacter votre médecin, celui-ci vous conseillera et vous indiquera les solutions médicales possibles.

Effets
« J’ai la sensation d’avoir quelque chose de lourd dans mon vagin et j’ai l’impression que cette masse va sortir de mon vagin. J’ai peur de consulter mon médecin parce que cela paraît si invraisemblable. Beaucoup de choses deviennent insupportables. »*
Une descente d’organes est souvent liée à une sensation de mal être. En outre il peut y avoir de nombreux effets secondaires qui peuvent vous limiter dans votre quotidien, vos activités normales et vos relations avec les autres, comme par ex.:
·        Diminution de vos activités physiques,
·        Renoncement aux rapports sexuels,
·        Incontinence urinaire et ano-rectale.
Est-ce que vous connaissez cette situation? Aves-vous peur d’en parler à une personne de confiance et /ou à votre médecin ?
Il n’y a pas de raison ! Car, même si ce phénomène est peu connue du  public : vous n’êtes pas un cas isolé ! Environ 34 millions de femmes dans le monde souffrent d’une descente d’organes (à partir de 45 ans, la moitié des femmes est concernée par ce problème). Et : Vous ne devez pas simplement accepter ce problème de santé et vous résignez, il existe de bonnes  possibilités de traitement qui vous proposent une solution à long terme. 
* Ces commentaires se basent sur des expériences présentées sur des espaces de discussion contrôlés, dans lesquels les patients échangent leurs expériences. Ils ne relatent pas l’expérience d’une certaine patiente et ne sont pas caractéristiques de toutes les utilisatrices.

Traitement & consultation

Si vous avez une descente d’organes, vous ne devez pas en accepter les conséquences désagréables mais vous pouvez agir activement contre celle-ci. Selon le type et la gravité, il existe différentes possibilités de traitement qui vous permettent de vivre une vie normale.
Généralement  on distingue deux méthodes: les méthodes thérapeutiques à procédé conservateur (non-chirurgicaux) et celles par opération. Le choix de la méthode  de traitement dépend de la gravité de votre descente d’organes et de votre état de santé et d’un éventuel souhait d’enfant. Votre médecin déterminera avec vous une forme de thérapie qui sera prometteuse et adaptée.

Méthodes de traitement non chirurgicales
En fonction de la gravité de votre descente d’organes, votre médecin vous prescrira des thérapies différentes. Celles-ci peuvent contenir des possibilités conservatives :
·        Exercices de Kegel:
A l’aide des exercices de Kegel (du nom du médecin qui les a développés), vous pouvez renforcer votre muscle pubococcygien. Lors d’un prolapsus léger, les symptômes cités peuvent même disparaître. Ces exercices peuvent être faits à tout moment et partout. Il s’agit de contracter et de détendre les muscles du plancher pelvien (pendant trois secondes). Les muscles du plancher pelvien qui vous permettent de retenir votre urine ou d’arrêter momentanément le flux d’urine. Les exercices de Kegel se répètent normalement 10 à 15 fois par jour, au moins trois fois par jour.
·        Suppositoire vaginal:
Celui-ci ressemble à l’anneau extérieur d’un diaphragme, il est normalement en caoutchouc, plastique ou silicone et est introduit dans le vagin. C’est là qu’il soutient le plancher pelvien ou l’organe descendant. Le suppositoire est conçu pour vous personnellement par un spécialiste/votre médecin. Il doit être régulièrement nettoyé et retiré avant tour apport sexuel. 

Procédés chirurgicaux
Dans certains cas, une opération est nécessaire pour remédier à la descente d’organes. Celle-ci sert en règle générale à remettre l’organe descendu dans sa position anatomique initiale et à renforcer les structures de la zone vaginale afin de garantir une stabilité. Les interventions chirurgicales peuvent être abdominales ou vaginales et sont exécutées sous anesthésie locale ou générale. Voici les possibilités chirurgicales:
Si votre tissu corporel est affaibli et doit être renforcé par une intervention chirurgicale, il se peut que votre médecin utilise pour cela des tissus synthétiques ou organiques. AMS vous propose le choix entre deux types de tissu différents pour traiter le prolapsus:
-      InteXenTM: un tissu organique implanté qui est fabriqué à partir de peau de porc.
-      InteProTM: un tissu synthétique souple, à larges pores pour le traitement du prolapsus.
·        Systèmes de correction du prolapsus:
AMS a développé trois systèmes de correction du prolapsus qui constituent une nouvelle étape dans la chirurgie vaginale d’augmentation des tissus  tout en standardisant un procédé invasif a minima pour la reconstruction fonctionnelle.
-      Elevate TM: Il s’agit du tout dernier développement des systèmes de correction du prolapsus. C’est un procédé invasif a minima pour lequel une incision est nécessaire. Il sert à la correction des défauts antérieurs et postérieurs.
-      ApogeeTM: C’est un procédé de suspension de la voûte du vagin. Lorsqu’il est combiné à IntePro ou InteXen, des réparations apicales et postérieures de la paroi sont possibles. 
-      PerigeeTM: Par ce procédé, on traite de manière chirurgicale une descente de la vessie (cystocèle).
 
La consultation chez le médecin
Vous ne devez pas vivre avec une descente d’organes car celle-ci peut être de nos jours bien traitée.
Faites le premier pas pour retourner à la vie normale! Consultez un spécialiste (urologues, gynécologues et uro-gynécologues) qui a l’habitude des nouveaux traitements pour une consultation médicale ou un diagnostic. 
Vous trouverez ICI le médecin qui vous convient.